La vaccination des migrants et enfants en situation précaire au point mort

Les autorités n’ont pas encore mis en place la nouvelle stratégie d’élargissement de la vaccination à destination des enfants en situation de rue, abandonnés ou non scolarisés et des migrants, l’une des catégories oubliées dans cette vaste campagne de vaccination contre le coronavirus.

Alors que le Maroc entre dans sa deuxième semaine d’application du pass sanitaire, un sujet qui fait toujours débat chez les citoyens, les autorités sanitaires ont encore du mal à organiser cette opération d’autant plus qu’elle intervient avec d’autres nouveautés.

En effet, le pass sanitaire pose plusieurs problèmes dans son exécution à cause de la rapidité avec laquelle il a été imposé. Les autorités ont accordé un pass sanitaire « provisoire » pour les primo vaccinés mais ce dernier pose déjà des défis puisque certaines personnes qui ont été contrainte de se faire vacciner ne comptent pas faire de deuxième dose.

Le processus de vaccination ou de non vaccination des personnes présentant des risques élevés de réactions allergiques reste de son côté, encore flou. Enfin, l’élargissement de la vaccination vis à vis des migrants, et des enfants en situation de rue ou non scolarisés est un tout autre sujet qui n’a pas encore été traité au niveau du ministère de la Santé même s’il a été annoncé par le ministre.

Si la nouvelle a été annoncée dans une circulaire la semaine dernière dans laquelle les responsables de santé régionaux étaient appelés à proposer des actions et à mettre en œuvre cette nouvelle mesure, à ce jour, aucun signe de la mise en place de cette décision n’a été communiqué.

Contactés par Hespress FR, plusieurs responsables au sein du ministère de santé ou des délégations régionales n’ont pas pu répondre aux questions portant sur l’organisation de cette prochaine étape, et certains ont dit ignorer l’existence de cette circulaire ou d’une telle stratégie.

Pourtant, lundi, dans une séance au Parlement, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a répondu aux interrogations des parlementaires et a évoqué cet élargissement de la campagne de vaccination.

« Il a été décidé d’adopter une nouvelle stratégie visant à étendre la campagne de vaccination à d’autres groupes, au premier rang desquels les migrants irréguliers, les enfants abandonnés, les non scolarisés et les personnes ayant des besoins particuliers », a-t-il déclaré devant les parlementaires.

« Je pense que cette opération va être gérée en inter départemental. Il n’y aura pas que la Santé, il y aura le ministère de l’Education nationale et les autorités locales, donc certainement il s’agira d’une stratégie collégiale », nous a déclaré une source au sein du ministère de la Santé sans pour autant connaitre les détails de l’opération.

L’élargissement de cette campagne de vaccination à ces nouvelles catégories de personnes pose un certain nombre de questions, dont la manière avec laquelle ces personnes seront recensées et sensibilisées à la vaccination, comment effectuer le suivi pour les prochaines doses au moment où elles sont sans domicile fixe, comment vacciner les personnes non munies de pièce d’identité, et comment vacciner des enfants sans autorité parentale?

La vaccination des migrants et enfants en situation précaire au point mort Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page