Tamek: Hausse de 5% du nombre de détenus en 2021, le Programme Moussalaha est devenu une référence

Le nombre de détenus au Maroc a augmenté de 5% en 2021, par rapport à 2020, a affirmé, le délégué général à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion, Mohamed Salah Tamek, qui a loué le programme « Moussalaha » de réinsertion d’anciens détenus pour terrorisme, devenu une référence dans le monde.

Présentant le projet de budget de la Délégation générale à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), devant la commission de la justice et de la législation de la Chambre des représentants, Tamek a indiqué que cette augmentation « record, s’est étalée sur une seule année, soit entre fin octobre 2020 et fin octobre 2021.

Dans sa présentation, le Délégué général a déclaré que le nombre de détenus avait pourtant connu une baisse entre 2019 et 2020 des suites de la pandémie du coronavirus et des mesures qui ont suivi, comme la libération d’un certain nombre de détenus dans le cadre de la grâce royale, la limitation des activités des tribunaux seulement aux affaires urgentes ainsi que la diminution des taux de criminalité pendant le confinement.

Mais juste après ces mesures, le flux des détenus dans les établissements pénitentiaires est revenu à son rythme normal, allant de 84.990 détenus à fin décembre 2020 à 89;711 détenus à fin octobre de l’année en cours. La hausse enregistrée cette année constitue un « défi important » pour la DGAPR, a affirmé Tamek,

Concernant le programme « Moussalaha », qui vise à réconcilier les détenus condamnés dans des affaires de terrorisme avec la société et leur permettre de se réinsérer, Mohamed Salah Tamek, s’est félicité de sa réussite et a loué un programme qui est un « modèle à suivre partout dans le monde ».

Le programme de réinsertion parrainé par la Rabita Mohammadia des Oulémas, l’association qui œuvre à la promotion d’un Islam ouvert et tolérant, a réussi à réinsérer plus de 200 détenus dans des affaires de terrorisme après leur sortie de prison.

Depuis 2017, le programme « Moussalaha » s’est démarqué par « l’absence de cas de récidive » chez les personnes qui en ont bénéficié. Seul un seul cas a été enregistré, a-t-il relevé, notant que ce dernier souffrait de troubles psychologiques.

Le programme « Moussalaha » est chapeauté par un groupe de spécialistes et de cadres, a expliqué le représentant de la DGAPR, en affirmant qu’il constitue un important « acquis » pour le Maroc, et certains pays ont même sollicité le Royaume pour bénéficier de son expérience dans ce domaine.

« Le Maroc s’est réconcilié avec lui-même à travers l’Instance Équité et Réconciliation, qui a concerné les militants des mouvements de gauche après qu’ils aient été emprisonnés pour leurs idées, même s’ils ne portaient pas d’armes. Désormais, ce sont les détenus des affaires de terrorisme qui demandent la réconciliation », a déclaré Mohamed Salah Tamek ajoutant qu’ »un programme de réconciliation inclut la réconciliation avec soi-même, avec le texte religieux et avec l’autre ».

Tamek: Hausse de 5% du nombre de détenus en 2021, le Programme Moussalaha est devenu une référence Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page