La vice-présidente américaine à Paris pour sceller la réconciliation

Pour mettre un terme à la crise entre la France et les Etats-Unis, la vice-présidente américaine, Kamala Harris, a été envoyée à Paris en dernier recours. Washington qui a regretté le deal tripartie avec l’Australie et la Grande-Bretagne qui a mis Paris dans l’embarras va tenter désamorcer les tensions grâce à la vice-présidente.

L’avion de la vice-présidente devait décoller lundi soir, à 21h30 depuis Washington pour arriver mardi matin à Paris. Elle doit y passer 5 jours au total pour discuter de la crise provoquée par la rupture d’un important contrat de sous-marins français par l’Australie au profit de sous-marins fabriqués par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

La France qui n’a pas été consultée et qui a appris la nouvelle au dernier moment, a pris cette situation très au sérieux. Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian a parlé de « coup de poignard dans le dos » de la part d’alliés, notamment des Etats-Unis.

Les deux pays ont presque enterré la hache de guerre, puisque le président américain Joe Biden lui-même a admis avoir commis une erreur. Washington avait dépêché son chef de la diplomatie Antony Blinken à Paris pour reconcilier les deux parties, ainsi que le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale Jake Sullivan.

Le président américain a téléphoné à son homologue français également pour apaiser les tensions à la suite de la révélation de l’alliance de défense entre les trois pays dans le Pacifique. Il avait par ailleurs rencontré Emmanuel Macron à l’ambassade de France en Italie en marge du sommet du G20.

Pour sa longue visite en France, la vice-présidente a un important programme. Elle doit rencontrer Emmanuel Macron à l’Elysée pour parler de la « sécurité européenne, de l’Indo-Pacifique, de la santé au niveau mondial », selon la Maison Blanche.

Elle doit se rendre au cimetière militaire américain près de Paris avec son époux, va participer à la commémoration de l’armistice de 1918 qui a mis fin à la Première Guerre mondiale le 11 novembre, ainsi qu’au Forum sur la Paix organisé par le président français.

Enfin, elle doit participer aussi à une conférence internationale sur la Libye au moment où les élections générales dans le pays doivent avoir lieu en décembre et janvier, des dates cruciales pour l’avenir du pays à peine sorti de 10 ans de guerre post-révolution contre Mouammar Kadhafi.

La vice-présidente américaine à Paris pour sceller la réconciliation Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page