Les propos d’un ministre libanais créent des tensions diplomatiques avec Abou Dhabi et Ryad

Les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont officiellement protesté contre les propos du ministre libanais de l’Information qui a critiqué l’intervention au Yémen de la coalition arabe  emmenée par les deux pays. 

Dans cette affaire, c’est l’Arabie saoudite qui a commencé par réagir en dénonçant officiellement les propos tenus par le ministre en août dernier alors qu’il ne faisait pas partie du gouvernement. L’émission diffusée cette semaine le montre critiquant l’intervention de la coalition en estimant que les rebelles Houthis, « se défendent face à une agression extérieure ».

Et d’ajouter que « leurs maisons, leurs villages, leurs mariages et leurs enterrements sont bombardés » par la coalition. Ryad a réagi en convoquant l’ambassadeur libanais pour demander des explications. Les Emirats qui sont le deuxième pays le plus investi au sein de cette coalition ont également convoqué l’ambassadeur libanais en signe de protestation.

Ryad a dénoncé des propos graves portés par le ministre de l’Information qui constituent un appui flagrant à une milice terroriste » et « portent atteinte aux efforts de la coalition » pour empêcher les rebelles de s’installer au pouvoir contre le gouvernement élu.

Ces propos « ne sont pas en harmonie avec les relations historiques » entre Beyrouth et Ryad, a ajouté l’Arabie Saoudite. Les Emirats de leur côté ont fait part de leur « ferme condamnation et indignation face aux déclarations du ministres, jugées « honteuses et partiales ».

Ces protestations officielles embarrassent le nouveau gouvernement libanais car le pays qui vit une crise multiformes, compte sur le soutien des Etats arabes du Golfe pour sortir de cette mauvaise passe.

Mercredi, le ministre, Georges Kordahi, de son côté, a déclaré à la télévision libanaise qu’il n’avait pas attaqué l’Arabie Saoudite, et que les propos tenus en août (et qui intervenaient avant sa nomination en septembre) reflétaient son « opinion personnelle » en ajoutant qu’il respectait la ligne officielle du gouvernement.

L’Arabie saoudite et les Emirats ne semblent pourtant pas décolérer, le ministère saoudien des Affaires étrangères a indiqué avoir remis à l’ambassadeur « une note officielle de protestation ».

Dans un communiqué, le Premier ministre libanais, Najib Mikati a affirmé que les déclarations de M. Kordahi « ne reflètent en aucun cas la position du gouvernement », qui est « soucieux de maintenir les meilleures relations » avec le royaume saoudien.

Les propos d’un ministre libanais créent des tensions diplomatiques avec Abou Dhabi et Ryad Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page