Covid-19 : Ce qu’il faut savoir sur la campagne de 3e dose du vaccin

Le processus de l’administration de la troisième dose du vaccin anti-Covid-19, a débuté ce lundi 04 octobre. Une dose de rappel qui soulève de nombreuses interrogations : Qui sont les concernés? Quel vaccin sera injecté? Quid des personnes atteintes de maladies chroniques? De nombreuses questions auxquels le Pr Moulay Mustapha Ennaji a bien voulu répondre. 

Conformément aux recommandations du Comité scientifique national de la vaccination, et aux recommandations scientifiques internationales, le ministère de la Santé a déclaré le lancement dès aujourd’hui du processus d’administration de la troisième dose du vaccin anti-Covid au profit de la population marocaine.

Contacté par Hespress FR, le Pr. Moulay Mustapha Ennaji, virologue et directeur du laboratoire de virologie à l’Université Hassan II de Casablanca a donné plus de précisions concernant la campagne sur la 3e dose de vaccin qui débute ce lundi 04 octobre, dans l’objectif de renforcer l’immunité collective.

Selon le Professeur, les premières personnes concernées par cette campagnes sont « le personnel de la santé à savoir les médecins et infirmiers, le personnel enseignant ainsi que les personnes souffrant de maladies chroniques, en plus des personnes âgées de plus de 65 ans ». L’injection d’une dose de rappel est recommandée aux populations les plus fragiles face au Covid-19.

Interchangeabilité des vaccins, sans aucun impact

Concernant la contre-indication dans l’interchangeabilité des vaccins anti-Covid, le Pr Ennaji tiens à préciser « qu’il est bien possible de recevoir une dose de vaccin différente à celle des deux premières doses, selon la disponibilité du vaccin existant au Maroc, et que cela n’a aucun impact ou ne réduit pas l’immunité, bien au contraire, la production d’anticorps est plus importante en cas de mixage ». 

Dans ce sens, une personne qui a reçu deux doses d’AstraZeneca, qui n’est plus disponible au Maroc, peut bénéficier d’une troisième Pfizer ou Sinopharm. Il en va de même pour les personnes qui ont reçu Sinophram, qui peuvent bénéficier d’une injection du même vaccin ou de Pfizer, les deux étant les seuls disponibles sur le marché marocain.

Concernant les personnes ayant déjà contracté le Covid-19 après l’injection des deux premières doses, ces dernières sont également concerné par cette campagne, explique le Pr Ennaji, qui précise qu’il faut attendre 6 mois, avant l’injection de cette troisième dose.

Selon la même source, « diverses analyses portant sur l’évolution dans le temps de la protection accordée par les vaccins anti-Covid ont montré une augmentation du risque d’infection par SARS-CoV-2 (mais pas du risque de forme sévère) au-delà de 6 mois suivant la primo vaccination complète, en particulier chez les personnes de plus 65 ans et celles à risque de forme grave (comorbidités) ».

Quid des effets secondaires?

« Les doses de rappel du vaccin Covid-19 devraient être bien tolérées », estime le Professeur, qui explique que cela dépend d’une personne à une autre, selon ses antécédant médicaux. « Il est important de faire un suivi avec son médecin« , précise-t-il en affirmant que même les médicaments peuvent provoquer des effets secondaires qui diffèrent d’une personne à une autre.

En effet, comme après toute vaccination, plusieurs personnes peuvent ressentir des effets secondaires. Selon une étude américaine, les effets de la 3e dose seraient largement « similaires » à ceux expérimentés après la deuxième dose.

Pour parvenir à ce résultat, les autorités sanitaires américaines ont récolté des données auprès de plusieurs milliers de personnes ayant reçu une troisième dose des vaccins Pfizer et Moderna entre mi-août et mi-septembre, au moment où celle-ci était autorisée pour certaines personnes immunodéprimées dans le pays.

Les effets secondaires provoqués par les vaccins ont été observés : 74,9 % des participants ont déclaré des réactions locales et 69,9 % des réactions systémiques. « La plupart de ces réactions indésirables étaient légères ou modérées », précisent les CDC dans l’enquête

La troisième dose va-t-elle contribuer à l’éradication du coronavirus au Maroc? « Si on atteint l’immunité collective, on peut l’éradiquer. Mais elle doit se faire à l’échelle humanitaire. Chaque recoin du monde doit immuniser 70% de sa population. À ce moment là, on pourra atteindre cette immunité collective. Si moi je me fais vacciner, mais pas mon voisin, le virus ne va jamais disparaitre. 70% des citoyens de chaque pays doivent recevoir le vaccin pour atteindre cette immunité collective et éradiquer le virus », conclut Pr. Moulay Mustapha Ennaji

Pour sa part, le ministère appelle les citoyens à respecter les consignes des autorités sanitaires et à continuer à observer d’une manière stricte les mesures préventives avant et après la vaccination, afin de contribuer à l’effort national visant à endiguer le virus et à progresser vers l’immunité collective.

Pour rappel, 22.758.556 personnes ont reçu une première dose du vaccin anti-coronavirus depuis le lancement de la campagne alors que 19.263.530 en sont à la deuxième dose.

Covid-19 : Ce qu’il faut savoir sur la campagne de 3e dose du vaccin Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page