Rentrée scolaire : vaccination, distanciel, présentiel… les interrogations

La rentrée scolaire et universitaire devrait avoir lieu, sauf report de dernière minute, le premier octobre pour le primaire et secondaire et le 04 octobre pour les études supérieures et devrait se faire en principe en présentiel au Maroc. Il y va de soi, quant à la faisabilité de la présence physique, que c’est sous réserve de certaines conditions ayant trait à l’évolution épidémiologique, le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ne badinant pas sur ce principe.

Cette tergiversation au demeurant, est la cause du report par deux fois (du 03 septembre au 23 septembre, puis au 1er octobre) de la date effective de la rentrée dans le seul but de permettre aux étudiants ainsi qu’aux élèves scolarisés âgés de 12 à 17 ans de se faire vacciner, histoire de réussir cette année scolaire. Or, jusqu’à sortie du mutisme de la tutelle tout laisse à supposer que cela devrait se faire, on va dire, en alternance entre le présentiel et le distanciel sauf pour les classes de moins de 20 élèves, jusqu’à vaccination totale. Toujours est-il que sur les réseaux sociaux, le report de la rentrée, de nombreux parents d’élèves se sentent pris en otage et se disent partagés entre désarroi et résignation.

Trois millions d’enfants de l’enseignement public et privé et des missions étrangères de cette catégorie d’âge sont concernés et pour l’heure par la vaccination, en dépit de quelques petites réticences par-ci par-là, de la part des parents et autres tuteurs d’élèves, la campagne va couci-couça (60,5% pour et ayant reçu la seconde dose). Une majorité d’enfants ciblés 1 817 546 sont primovaccinés tandis que pour la seconde dose ils ne sont que 240 379 à avoir été inoculés et ce, cours à des fins de sécuriser les cours. Cette vaccination ne devrait pas remettre en question le protocole sanitaire qui est toujours de rigueur, les mesures barrières étant la normalité, masques, distanciation sociale…, étant de ce fait, obligatoires. Par ailleurs il est annoncé que les établissements scolaires en plus du 1717 en appellent à la vaccination en saisissant par messages les parents d’élèves ou en rappelant à la seconde dose.

Cela étant, si l’on se fie aux chiffres de la tutelle, les nouveaux inscrits au titre de l’exercice 2020-2021 sont de l’ordre 275 204 dont 246 875 pour les établissements à accès ouvert et seulement 28 329 pour les établissements à accès régulé. L’effectif global des étudiants a atteint 989 899 contre 921 944 en 2019-2020. Le nombre de boursiers est en augmentation de 26% depuis 2017. Contrairement aux idées reçues, l’enseignement supérieur privé, le nombre est disproportionné et ne correspond qu’à un peu moins de 6% du décompte total des effectifs scolaires et universitaires. De plus en plus d’étudiants, du reste s’y inscrivent, 57 222 officiellement (une augmentation de 31,2% y adhèrent depuis 2017) dont 22 645 nouveaux inscrits. Pour ce qui est du supérieur, ils sont environ 15 000. Le paradoxe c’est que ces établissements privés (198 dans le Royaume), offrent plus de débouchés pour le marché de l’emploi.

Cependant avec toutes ces précautions pour réussir une rentrée scolaire et universitaire idoine, bien des interrogations demeurent. Pour réussir cette rentrée sous de bons auspices la tutelle devrait donner quelques éclaircissements comme le présentiel ou non et surtout quand sera-t-il des non-vaccinés quant à un éventuel accès à leurs établissements. Et auquel cas comment se dérouleront les cours à distance.

Bien des interrogations quant aux mesures pédagogiques et surtout organisationnelles demeurent à trois jours d’une rentrée d’une année scolaire particulière qui si elle ne s’effectue pas au 1er et 04 octobre pourrait s’avérer catastrophique. Quand on sait également qu’entre d’autres mesures, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique sont sujets à des concours d’accès organisés à distance (licence professionnelle et master), cela ne risque pas de faire joli. Le ministère se doit de se manifester avant que de… En effet, malgré une amélioration relative de la situation sanitaire dans le pays, force est constater que l’on préfère privilégier la prudence.

Rentrée scolaire : vaccination, distanciel, présentiel… les interrogations Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page