Fermeture : Les professionnels des hammams à bout et exhortent le nouveau gouvernement à réagir

« C’est le moment d’ouvrir« . Voici la phrase qui revient en boucle ces derniers jours de la part de tous. Plus spécialement, les professionnels des secteurs totalement fermés depuis début août. Il y a les salles de sports et les hammams. Les premiers avaient suggéré au gouvernement (Saad Dine El Othmani) d’ouvrir avec condition du pass vaccinal, tandis que les seconds demandent tout simplement à rouvrir vu la précarité de leur situation, surtout quand ils constatent que les cafés et restaurants sont au complet. 

Il ne faut pas oublier que la situation des professionnels des hammams au Maroc est précaire. C’est des professionnels qui ne disposent pas, dans leur majorité, d’une sécurité sociale ou de retraite. Ils travaillent au jour le jour. Fermer est tout simplement la fin de leur gagne-pain modeste qui leur permet de vivre et faire vivre toute une famille.

Lors d’une réunion tenue samedi 25 septembre à Casablanca, les propriétaires des hammams et leurs employés ont largement critiqué le gouvernement de Saad Dine El Othmani, pour sa décision subite de fermer les hammams, lui reprochant ainsi la situation dans laquelle ils vivent.

Selon l’un des participants à cette rencontre, « le chef du gouvernement s’est tout simplement réfugié chez lui après sa défaite aux élections », estimant que, « vu qu’il n’a toujours pas passé le pouvoir à son successeur, il doit réagir aux recommandations du Comité scientifique anti-covid et annoncer la réouverture des hammams », dit-il.

Un autre participant à cette rencontre a quant à lui rappelé que le Comité scientifique a souligné que la réouverture des espaces publics n’est plus un danger aujourd’hui, surtout que plus de 18 millions de citoyens sont totalement vaccinés. Une recommandation avec laquelle El Othmani doit réagir, a-t-il dit.

Ainsi, et dans une déclaration à Hespress, Abderahmane El Hadrami, président de l’Union régionale des propriétaires de hammams et bains de la région de Casablanca-Settat, a confirmé que « les professionnels du secteur enverront une lettre aux secrétaires généraux de la coalition tripartite  (RNI-PAM-PI), qui dirigera le nouveau gouvernement, afin de les exhorter à respecter ce que le gouvernement sortant a déclaré, notamment le soutien qu’il a promis ».

Le syndicaliste a poursuivi que le nouveau gouvernement, dirigé par Aziz Akhannouch, « est appelé aujourd’hui, et dès sa formation, à prendre la décision d’ouvrir les hammams, étant donné les dégâts financiers et sociaux causés par la fermeture de deux ans imposés par la pandémie ». Il a également appelé le nouveau gouvernement à « allouer une aide aux propriétaires des salles de bain et des hammams, les exonérer d’impôts pendant deux ans et reporter les dettes contractées pendant la période de fermeture ».

Au cas où les hammams ne sont pas réouvert la semaine prochaine, une autre réunion sera organisée pour discuter d’un programme de lutte, a soutenu Abderahmane El Hadrami, « puisque les professionnels du secteur ont perdu patience ». 

In fine, notre interlocuteur a affirmé que les professionnels du secteur n’ont jamais perçu aucune aide, notamment celle promise par Mustapha Ramid, ministre d’État chargé des droits de l’Homme. Une promesse non tenue qui sera porté devant la justice, nous affirme Abderahmane El Hadrami, pour savoir où est passée cette aide qu’a promise le ministre.

Fermeture : Les professionnels des hammams à bout et exhortent le nouveau gouvernement à réagir Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page