Un soldat français tué au combat au Mali

Un soldat français a été tué au combat au Mali vendredi matin, a annoncé la présidence française dans la soirée, en faisant part de « l’émotion particulièrement vive » du président Emmanuel Macron, qui « réaffirme la détermination de la France dans son combat contre le terrorisme ».

Le caporal-chef Maxime Blasco, du 7e bataillon de chasseurs alpins de Varces (Isère, sud-est), est mort au combat « contre un groupe armé terroriste ». Il avait reçu en juin la médaille militaire « pour la valeur exceptionnelle de ses services », précise la présidence dans un communiqué.

Son décès porte à 52 le nombre de soldats français tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations antijihadistes Serval puis Barkhane.

Le 2 janvier, deux soldats dont une femme, tous deux du 2e régiment de hussards de Haguenau (Bas-Rhin, est), avaient été tués dans leur véhicule blindé léger (VBL) par un « engin explosif improvisé », lors d’une mission de reconnaissance et de renseignement.

Cinq jours avant, trois soldats du 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse (Meuse, est)) avaient été victimes eux aussi d’une bombe artisanale.

Ces deux attaques mortelles avaient été revendiquées par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaïda.

Un soldat français tué au combat au Mali Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page