Journée sans voiture à Rabat : Quel impact environnemental pour la capitale ?

La journée internationale sans voiture, initialement célébrée tous les ans le 22 septembre, s’invite à Rabat, le dimanche 03 octobre, pour une 4e édition. Une initiative lancée par l’Association « Jeune du 21e siècle » et qui invite à la réflexion sur l’impact du changement climatique, causé notamment par le trafic motorisé dans le milieu urbain. 

Baptisée « Rabat, sans ma voiture », cette initiative invite les citoyennes, et citoyens de la ville à se passer de leurs véhicules de 9h00 à 18h00, le dimanche 03 octobre. Tous les véhicules à moteur sont concernés par cette action, sauf, les voitures électriques, les vélos, et les véhicules de secours.

L’objectif est de sensibiliser les citoyens à utiliser les voitures électriques et hybrides, démontrer l’engagement du Royaume dans la stratégie mondiale pour diminuer les CO2, sensibiliser les citoyens à l’importance de la protection de l’environnement et de rendre l’espace public moins pollué, ainsi que commercialiser cette édition au niveau international.

Dans une déclaration faite à Hespress FR, le président de l’Association jeune du 21e siècle et initiateur de cet événement, Aziz El Fekkaki explique qu’une campagne de sensibilisation est prévue pour aborder notamment la nécessité d’organiser les déplacements par voiture en ville et son impact que ce soit sur l’environnement où sur l’être humain.

Tout à gagner sans voiture

« Quand l’individu organise ses déplacements, il gagne, d’un, dans sa poche dans la mesure où il ne consomme pas beaucoup de carburant ce qui provoque moins d’émissions de gaz à effet de serre. Et troisièmement, ça lui permet de faire du sport », estime-t-il.

Selon lui, le rôle des associations et des organisations de protection de l’environnement au Maroc demeure stratégique pour aborder ces sujets importants et encourager les citoyens à adhérer pleinement à ces initiatives, vu leur importance symbolique de sensibilisation et d’implication des citoyens dans la préservation de l’environnement.

Une initiative qui s’inscrit dans la continuité de la politique du Maroc qui se distingue par son engagement indéniable en faveur de la nature et de l’environnement. Citons dans ce sens, la mise en place de la promotion des énergies renouvelables et de la préservation des ressources hydrauliques et naturelles, sans oublier la réalisation éventuelle, d’une charte nationale de l’environnement et du développement durable.

La Journée mondiale sans voiture, célébrée chaque année le 22 septembre, a été conçue pour veiller à diminuer la pollution. Bien que les voitures soient pratiques et offrent un certain nombre d’avantages, elles contribuent également à une quantité dangereuse de pollution, il est donc fortement recommandé de prendre un jour de congé. La Journée mondiale sans voiture est idéale pour sensibiliser à ces préoccupations et aider à réduire les émissions.

Les premières expériences de journées sans voiture ont vu le jour au moment de la crise du canal de Suez en 1956 qui avait contraint certains pays à prendre des mesures drastiques pour économiser du carburant. En Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse, ces mesures prenaient la forme de dimanches sans voiture entre novembre 1956 et janvier 1957.

Afin de comprendre pourquoi la Journée mondiale sans voiture est si importante, il est essentiel de comprendre la pollution de l’air et comment les véhicules y contribuent.

La pollution de l’air fait référence à la présence de substances étrangères dans l’air qui ne sont pas censées s’y trouver. Il peut également en résulter une quantité excessive d’impuretés spécifiques qui pourraient nous nuire autrement. Lorsque l’essence est brûlée par un véhicule, des polluants sont émis. Des vapeurs d’essence s’échapperont dans l’air.

La pollution de l’air a causé 4,2 millions de décès

La Journée mondiale sans voiture est également bénéfique en termes de promotion d’autres modes de transport, comme le vélo. Les vélos offrent une multitude d’avantages auxquels beaucoup ne pensent peut-être pas lorsqu’ils envisagent initialement leur achat. D’abord et avant tout, ils sont évidemment un excellent moyen de vous assurer de rester en bonne santé et de faire de l’exercice. En échangeant votre voiture contre un vélo lorsque vous vous rendez au travail, par exemple, vous pourrez ajouter de l’exercice et de l’air frais à votre routine. Vous le ferez sans impacter votre emploi du temps ni avoir à trouver plus d’heures dans la journée.

Les journées sans voiture sont une énorme opportunité pour les villes, notamment celle de Rabat, de réaliser à quel point la pollution affecte nos vies. Les émissions des véhicules sont l’une des principales sources de pollution de l’air extérieur, en particulier dans les villes. La pollution de l’air ambiant à elle seule a causé quelque 4,2 millions de décès en 2016, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Les transports sont également la source d’émissions de CO2 provenant des combustibles fossiles qui connaît la croissance la plus rapide, le plus grand contributeur au changement climatique.

Les émissions des véhicules sont le résultat de la mauvaise qualité des carburants et de la faiblesse de la réglementation des véhicules dans le monde. Le Partenariat pour des carburants et des véhicules propres a été lancé par ONU Environnement pour aider les pays à lutter contre la pollution atmosphérique urbaine en adoptant des carburants plus propres et des technologies et des normes de véhicules plus efficaces. Il est reconnu pour avoir aidé avec succès les pays à éliminer progressivement l’essence au plomb.

Les résultats de l’absence de voiture sont évidents. Par exemple, la première « journée sans voiture » à Paris, en France, a eu lieu en septembre 2015 et a permis de réduire les émissions de gaz d’échappement de 40 %.

« La plupart des villes ont été conçues autour de la mobilité pour les voitures, et il est grand temps de changer cela et de commencer à concevoir des villes autour de la mobilité humaine », déclare Rob de Jong, chef de l’unité Qualité de l’air et mobilité de l’ONU Environnement.

Journée sans voiture à Rabat : Quel impact environnemental pour la capitale ? Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page