Maroc : La pression migratoire, au plus faible niveau depuis 2019

Depuis la propagation du coronavirus, le Maroc a observé une baisse du flux migratoire, mais le Royaume n’est pas à l’abri d’une reprise après la crise sanitaire.

La pression migratoire sur le Maroc est à son plus bas niveau depuis 2019. La pandémie du coronavirus a mis fin aux flux des côtes nord du Maroc vers la route ouest-africaine plus dangereuse menant les migrants à travers l’Atlantique vers les îles Canaries. Dans un entretien accordé à Hespress Eng, le chef de la sécurité des frontières du Maroc Khalid Zerouali a révélé que ses agents ont arrêté 40.300 migrants qui ont tenté de rejoindre l’Europe en 2020. Il s’agit d’une baisse d’environ 45% par rapport aux chiffres enregistrés en 2019. Dans les cinq premiers mois de 2020, le nombre s’élevait à 13.000.

« La chaîne des flux en provenance du Maroc a été rompue », a-t-il déclaré, citant l’arrêt du trafic aérien en 2020, qui s’est prolongé jusqu’au premier semestre 2021 avec les nombreuses conditions imposées aux voyageurs arrivant sur le territoire marocain. “Nous devons garder à l’esprit que de nombreux migrants irréguliers arrivent au Maroc par l’aéroport. Sans trafic aérien, la route ouest-africaine a émergé”, a ajouté la même source.

Un risque d’augmentation de la migration irrégulière

Au moins 250 migrants sont morts sur la longue et périlleuse route des îles Canaries au cours des six premiers mois de 2021, les arrivées ayant augmenté de 156% par rapport à la même période l’année dernière, selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Avec l’augmentation du déploiement des vaccins et les signes de vie post-covid commençant à refaire surface, le responsable de la sécurité met en garde contre la reprise des activités de contrebande et l’augmentation future de la migration irrégulière, au milieu des conditions socio-économiques précaires vécues par les communautés à travers l’Afrique pendant la pandémie.

Les effets du confinement ont durement frappé les migrants, conduisant par exemple une grande partie des citoyens à perdre leur emploi en Tunisie et en Libye (respectivement 51 % et 60 %), selon les enquêtes du Secrétariat aux migrations mixtes dans ces deux pays. “Nous devons nous préparer à une pression migratoire accrue. On sent déjà les signes. (… La Tunisie et la Libye sont déjà confrontées à cette pression”, souligne Zerouali.

Une partie de la pression à laquelle le Maroc est confronté, a-t-il déclaré, est liée aux bateaux de fortune qui ont rencontré des problèmes sur l’Atlantique lors de la traversée vers les îles Canaries et se sont échoués sur les côtes sud du Maroc. Les bateaux, généralement surchargés et en mauvais état, passent des semaines à la dérive dans l’océan.

Le Maroc au secours des migrants

Au cours des cinq premiers mois de 2021, le Maroc a secouru 2.500 migrants au large de l’Atlantique et de la Méditerranée. 10.300 personnes ont été secourues en 2020. “Nous apportons des secours à ces personnes, leur prodiguons des soins médicaux, les nourrissons, les vêtons et les renvoyons chez eux”, a expliqué Zerouali ajoutant qu’au cours des cinq premiers mois de 2021, le Maroc a reconduit 1.686 migrants irréguliers dans leurs foyers subsahariens.

En 2020, 2.423 migrants ont été rapatriés, dans le cadre d’un programme baptisé retour volontaire ou assisté conçu pour encourager les sans-papiers à retourner dans leur pays d’origine en payant leurs billets d’avion et en leur donnant de petites allocations. Le programme a commencé en Europe et impliquait principalement un flux nord-sud, mais avec des frontières européennes de plus en plus externalisées, le programme a été introduit au niveau Sud-Sud avec le soutien financier de l’OIM.

« Ce ne sont pas des retours forcés », affirme Zerouali, citant que des migrants s’adressent régulièrement à son département et au bureau de l’OIM au Maroc pour demander à être renvoyés dans leur pays d’origine. Réfléchissant à la coopération en matière de gestion des frontières entre le Maroc et l’UE, le chef de la sécurité des frontières du Maroc a déclaré que le Royaume continuait de servir de partenaire stratégique de l’Union européenne, rejetant les allégations selon lesquelles le pays jouerait le rôle de la gendarmerie européenne. « Nous devons d’abord faire nos devoirs, si nous ne sécurisons pas nos frontières, nous serions les premiers à en ressentir les répercussions », a-t-il expliqué.

Fin avril, les agents de sécurité aux frontières ont arrêté 67 réseaux de trafiquants. En 2020, le nombre a atteint 394.000.

Maroc : La pression migratoire, au plus faible niveau depuis 2019 Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page