Lachgar : la place de l’USFP est dans le gouvernement

Dans son discours d’ouverture du Conseil national, le premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, a relevé que le parti, au vu des voix qu’il a récoltées, ses référentiels, son programme, sa force politique, ses relations et ses alliances au passé comme à l’heure qu’il est, doit faire partie du pouvoir exécutif en cette étape ».

Lachgar est revenu sur l’offre de Aziz Akhannouch affirmant que la participation à la future coalition « ne tient pas uniquement aux résultantes de l’opération électorale, mais se rapporte à la présence d’une offre claire et détaillée faite par le chef du gouvernement désigné, à qui nous renouvelons nos félicitations pour la confiance royale, laquelle définira notre position finale ».

Lachgar n’écarte pas l’éventualité de basculer dans l’opposition

Cela n’a pas empêché Lachgar de nuancer son propos en indiquant : « les formalités lient cette participation avec l’offre que le Chef du gouvernement désigné présentera, et bien sûr il a ses propres estimations, et s’il y a d’autres estimations, nous les respecterons et notre position sera l’opposition ».

© Mounir Mehimdate

Lors du Conseil national, qui s’est réuni, dimanche soir en présentiel et en distanciel, afin d’examiner et débattre de la place du parti dans la prochaine carte politique, à la suite des résultats des élections générales du 8 septembre, a insisté sur la volonté de l’USFP d’accompagner la mise en œuvre de nouveau modèle de développement (NMD).

« Compte tenu des résultats, notre place est au sein de l’équipe gouvernementale pour accompagner la nouvelle étape et la mise en œuvre du NMD, mais en même temps, nous sommes un parti démocratique et nous respectons la démarche démocratique, dans son esprit et sa forme », a précisé le Premier secrétaire du Parti de la Rose.

Le leader de l’Union socialiste des forces populaires a estimé que la force de celles-ci « est qu’elles n’ont pas peur de participer au gouvernement ou de basculer dans l’opposition. S’il participe (la parti de l’USFP Ndlr), il est loyal envers ses alliés, et ils le connaissent. Et si les choses vont dans une autre direction, sa devise est : le Maroc d’abord ».

Lachgar a souligné, par ailleurs, que la session du Conseil national se tient directement après la tenue des échéances électorales du 8 septembre, avec les nouveaux contours qu’elles ont sécrétés dans les paysages politique et partisan et avec leurs échos favorables sur les plans national et international.

Lors du triple scrutin du 8 septembre, l’USFP était arrivé 4e des élections législatives avec 35 sièges.

Lachgar : la place de l’USFP est dans le gouvernement Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page