A Dubaï, la police a formé des chiens renifleurs Covid-19

La police de Dubaï a formé une unité spéciale de 38 chiens renifleurs Covid-19 pour reconnaître l’odeur des personnes infectées à l’aide d’échantillons de sueur de cas confirmés.

La police de Dubaï a constitué une unité spéciale de 38 chiens renifleurs capables de détecter le Covid-19 à partir d’échantillons de sueur humaine avec une précision de 92%, a déclaré à l’agence Reuters le superviseur du programme de formation.

La police de Dubaï a formé la cohorte, qui comprend des bergers allemands, des labradors, des cockers et des Border collies, à reconnaître l’odeur de COVID-19 à l’aide d’échantillons de sueur de personnes infectées confirmées, prélevés en tenant un coton-tige dans une aisselle pendant quelques minutes.

« Une très petite quantité est ensuite mise dans un bocal – elle a l’odeur du patient – puis nous sortons l’échantillon pour que le chien le renifle… Quand il nous fait un signe, nous lui donnons une friandise », a précisé le premier lieutenant Nasser Al Falasi de la police de Dubaï, superviseur du programme au centre de formation K9 dans la région d’Awir à Dubaï.

Dans la grande salle d’entraînement du centre, des agents de police promènent les chiens le long d’une rangée de boîtes métalliques, dont une seule contient un échantillon positif. Les chiens reniflent les échantillons et en quelques secondes s’assoient pour signaler qu’ils ont trouvé quelque chose.

Une femme pour entraîner les chiens renifleurs Covid-19

L’entraîneur de police Fatima Al Jasmi, qui fait partie de l’équipe de détection de Covid-19, guide un Border Collie noir et blanc à l’air excité à travers les exercices, en réussissant à chaque fois.

« L’entraînement a été un peu un défi, apprendre une nouvelle compétence à un niveau international, puis entraîner le chien à cela », a-t-elle déclaré.

Les aéroports des Émirats arabes unis ont été parmi les premiers au monde à tester la détection canine du Covid-19 en 2020. Les chiens ne sont plus utilisés dans les aéroports des Émirats arabes unis, mais ils sont prêts à être déployés partout où cela est nécessaire.

Une étude sur la capacité des chiens à détecter les infections au COVID-19 réalisée par les Higher Colleges of Technology des Émirats arabes unis et l’Autorité fédérale des douanes d’Abou Dhabi publiée en juin dans Communications Biology, qui fait partie de la revue scientifique britannique Nature, a conclu à un taux de réussite de détection de 98,2 %.

L’étude a utilisé des échantillons de sueur et des tests PCR de 3 290 personnes pour comparer les capacités de détection des chiens.

Le taux de détection de 92% auquel Al Falasi fait référence provient d’une étude menée par le ministère de l’Intérieur des Émirats arabes unis au premier semestre 2020, comme l’a rapporté l’agence de presse d’État WAM.

Plusieurs autres pays, dont la Finlande, les États-Unis et la France, ont organisé leur propre formation canine et des essais de détection canine du COVID-19.

Falasi a déclaré que les chiens effectuaient actuellement environ 30 à 40 tests par jour. Bolt, un Malinois belge noir et feu, a été le premier chien détecteur de COVID-19 qu’il a entraîné.

« Il va souvent en mission. Il a peut-être fait plus de 1 000 tests COVID-19 », a déclaré fièrement Al Falasi à Reuters.

Dubaï a reçu des demandes du monde entier pour partager des connaissances sur la façon d’entraîner des chiens renifleurs Covid-19, a déclaré le major Salah Khalifa Al Mazroui de la police de Dubaï.

La police de Dubaï a également dressé des chiens pour détecter les drogues et les explosifs, des compétences mises à profit alors que l’émirat de Dubaï se prépare à ouvrir le site de l’exposition universelle de Dubaï Expo2020 le mois prochain.

A Dubaï, la police a formé des chiens renifleurs Covid-19 Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page