Etats-Unis : Les personnes non vaccinées sont 11 fois plus susceptibles de mourir de la Covid

Trois études dans différentes régions des Etats-Unis ont évalué le pouvoir protecteur des vaccins. L’une d’entre elles, a examiné plus de 600 000 cas de virus dans 13 Etats (représentant environ un quart de la population américaine, entre avril et juillet) et a conclu que les personnes qui n’étaient pas complètement vaccinées étaient beaucoup plus sensibles à l’infection et à la mort par coronavirus interposé.

Les Américains non vaccinés sont 11 fois plus susceptibles de mourir de la Covid, rapporte le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) des Etats-Unis. Les personnes non-vaccinées étaient 4,5 fois plus susceptibles que celles vaccinées d’être infectées, 10 fois plus susceptibles d’être hospitalisés et comme cité ci-haut, 11 fois plus susceptibles de mourir du coronavirus, selon cette même étude.

La protection vaccinale contre l’hospitalisation et la mort est restée forte même lorsque le variant Delta était la forme d’infection dominante. Mais l’efficacité des vaccins dans la prévention de l’infection est passée de 91% à 78%, selon cette même étude. Les autres études ont souligné une série de conclusions similaires et étaient tout à fait concordantes. « Comme nous l’avons montré, étude après étude, la vaccination fonctionne », a déclaré le Dr Rochelle Walensky, directrice des Centers for Disease Control and Prevention, lors d’un briefing à la Maison Blanche sur Dame Covid ce vendredi.

Elle a ajouté « Ce que je veux réitérer ici, c’est que plus de 90% des personnes hospitalisées ne sont pas vaccinées. Nous avons encore plus de 10 fois plus de personnes à l’hôpital qui ne sont pas vaccinées, par rapport aux vaccinées ». Sur le terrain de plus en plus d’Américains se font vacciner, les experts s’attendaient toujours à ce que les personnes non vaccinées représentent un pourcentage plus important des patients hospitalisés.

Par ailleurs, les deux autres études publiées vendredi ont détecté une protection décroissante des vaccins chez les personnes âgées . Une étude, menée dans cinq centres médicaux des anciens combattants, a révélé que la protection contre l’hospitalisation diminuait avec l’âge à 80 % pour les personnes âgées de 66 ans et plus, contre 95 % pour les adultes âgés de 18 à 64 ans. La deuxième étude ayant même révélé que l’efficacité du vaccin diminuait à 75 ans.

Les résultats pourraient aider à identifier les populations qui pourraient avoir besoin de doses supplémentaires ou de rappels. En août, la Food and Drug Administration (FDA) a autorisé l’administration d’une troisième dose de vaccin (Pfizer-BioNTech et Moderna) aux personnes au système immunitaire affaibli ainsi que les patients transplantés d’organes. Les responsables sanitaires ont toutefois indiqué qu’il n’y avait pas suffisamment de données sur le déclin de l’efficacité des vaccins au fil du temps pour recommander des rappels aux adultes en bonne santé.

Les données suggèrent également que le vaccin Moderna pourrait être légèrement plus efficace pour prévenir les infections et les hospitalisations pour ce qui est du variant Delta, par rapport au vaccin Pfizer-BioNTech car ayant des taux d’efficacité plus élevés que le vaccin Johnson & Johnson. L’étude démontre en outre que, le vaccin Moderna a un taux d’efficacité de 92%, contre 77% pour le vaccin Pfizer-BioNTech.

Etats-Unis : Les personnes non vaccinées sont 11 fois plus susceptibles de mourir de la Covid Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page