Dépistage du Covid-19 : Le Conseil de la concurrence pointe les marges injustifiées des laboratoires 

Le Conseil de la concurrence déclaré que les laboratoires autorisés à effectuer des tests de dépistage du Covid-19 ont réalisé des marges bénéficiaires élevées qui n’étaient pas justifiées d’un point de vue concurrentiel.

Dans un avis qu’il a rendu public, le Conseil a indiqué qu’en raison de l’absence des conditions d’une concurrence effective entre les acteurs du marché des tests de dépistage du Covid-19, du nombre réduit des laboratoires autorisés à effectuer ces tests et en présence de barrières réglementaires ne garantissant pas un accès fluide et équitable aux différents laboratoires privés d’analyses biomédicales, (…) il n’a pas d’objections à ce que des mesures temporaires n’excédant pas six mois soient prises par l’administration, afin de réglementer les prix des tests de dépistage du Covid19.

Le Conseil estime, en effet, que malgré la décision d’ouverture conditionnée du marché à l’ensemble des laboratoires du secteur privé, et qui aurait pu être prise antérieurement, (cette décision) n’a été prise que le 23 août 2021, les effets escomptés de cette ouverture sur la structure de l’offre sur le marché et sur les prix ne pouvant être observés qu’à moyen terme.

Le Conseil considère en conséquence que, malgré cette ouverture conditionnelle, la demande du gouvernement de réglementer temporairement les prix des tests de dépistage du Covid-19 demeure justifiée dans le contexte peu concurrentiel actuel du marché.

Toutefois, le Conseil se réserve le droit, une fois ces mesures temporaires prises par le gouvernement, de suivre étroitement l’état de la concurrence sur ce marché, de l’étudier en profondeur, et de prendre toutes les mesures nécessaires à même d’améliorer son fonctionnement concurrentiel, et ce conformément aux prérogatives consultatives et contentieuses qui lui sont dévolues par la Constitution et par les lois régissant la concurrence au Maroc.

A propos de la décision du gouvernement de prendre des mesures temporaires afin de réglementer les prix des tests Covid-19, le Conseil présidé par Ahmed Rahou estime qu’elle doit prendre en considération un certain nombre d’éléments.

D’abord, la fixation du niveau des prix des tests de dépistage du Covid-19 doit garantir un niveau raisonnable de marge incitatif pour encourager l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché, et permettre ainsi de concurrencer les laboratoires privés déjà opérant sur ce dernier, et ce en vue de créer une nouvelle dynamique et pression concurrentielle efficace.

Elle doit veiller à ce que le niveau de prix fixé ne donne pas un avantage concurrentiel aux acteurs déjà actifs sur le marché, du fait que leur présence antérieure sur le marché leur a permis de réduire le coût à travers l’amortissement déjà effectué des équipements acquis;

Le Conseil considère également que la fixation du prix de vente au public doit non seulement plafonner la marge bénéficiaire des laboratoires privés d’analyses biomédicales, mais couvrir également par son champ les marges de tous les intervenants au niveau de la chaine, notamment les producteurs et les importateurs des réactifs et consommables nécessaires à la réalisation des tests covid-19.

S’agissant de l’élargissement de la base d’offre sur le marché permettant un accès plus équitable aux tests Covid-19 : le Conseil considère que la lutte contre cette pandémie nécessite l’adoption d’une approche proactive et préventive privilégiant l’ouverture du marché à de nouveaux entrants en allégeant les conditions d’accès, ce qui permettra une meilleure accessibilité des citoyens aux tests en les mettant à leur disposition à un prix approprié qui s’adapte à leur pouvoir d’achat.

Dépistage du Covid-19 : Le Conseil de la concurrence pointe les marges injustifiées des laboratoires  Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page