Elections 2021: Pourquoi n’y a-t-il pas de sondage avant le scrutin ?

Les Marocains sont appelés ce mercredi 8 septembre à se diriger vers les bureaux de vote pour élire les membres de la Chambre des représentants, des conseils communaux et d’arrondissements ainsi que des conseils des régions. D’ailleurs, la singularité de ces élections 2021 est qu’ils regroupent trois scrutins le même jour. En l’absence de sondages sur les intentions de vote des citoyens, impossible de prédire qui arrivera en tête.

Qui va remporter la bataille ? Nul ne le sait. C’est le suspens total. La bataille est intense. Des sondages nous auraient bien donnés une indication sur les partis qui arriveront en tête de liste. Mais au Maroc, les sondages sont interdits avant les différentes élections.

Et cela est écrit noir sur blanc dans le Dahir n°1-11-171 du 30 kadaïs 1432 (28 octobre 2011) publié au Bulletin Officiel. Ainsi, l’article 115 indique qu’« il est interdit de réaliser des sondages d’opinion ayant un rapport direct ou indirect avec un référendum, des élections législatives ou des élections de conseils de collectivités territoriales ou de chambres professionnelles pendant la période allant du quinzième jour précédant la date fixée pour le début de la campagne référendaire ou de la campagne électorale, jusqu’à la fin des opérations de vote.

Il est également interdit de publier, par quelque moyen que ce soit, durant la période prévue au premier alinéa ci-dessus, les résultats de tout sondage d’opinion ayant un lien direct ou indirect avec un référendum ou avec l’une des élections précitées ou des commentaires y afférents ». Les contrevenant risquent même un mois à un an d’emprisonnement et d’une amende de 50.000 à 100.000 dirhams.

Un sondage à 9 mois des élections !

Les derniers résultats du sondage d’opinion réalisé sur les élections générales 2021 ont été publiés le 31 janvier 2021 par l’Institut d’études sociales et médiatiques, soit plus de 7 mois avant le scrutin prévu le 8 septembre ou encore la campagne électorale qui a démarré au Maroc entre le 26 août et le 7 septembre à minuit.

Joint par Hespress Fr sur les raisons de l’indisponibilité d’un sondage avant le scrutin à l’image de nombreux pays, Youness Bennane, Président de l’Institut d’études sociales et médiatiques nous explique qu’il y a le Dahir susmentionné qui bloque sa réalisation lors de la campagne électorale ou même avant.

D’autre part, Mohamed Bouden, responsable du Centre Atlas d’analyse des indicateurs politiques et institutionnels avance que chaque pays à ses caractéristiques.

« Je pense qu’aujourd’hui, les sondages à travers le monde sont contrôleur par des sociétés économiques. Dans le cas du Maroc, avec l’analphabète et la faible culture politique chez certains électeurs, les sondages peuvent les orienter de manière très facile. Et de ce fait, il va y avoir un contrôle sur les urnes avant même la date butoir du scrutin », estime notre interlocuteur.

Mais pas que ! Pour Mohamed Bouden, « même les partis politiques peuvent être liés à des sociétés ou des acteurs économiques, ce qui va les rapprocher des résultats. Ce qui rend difficile la certitude de la fiabilité des sondages électoraux ».

« Il y a trois caractéristiques qui définissent le Maroc dans ces élections. La première, c’est que la vérité est connue le jour du scrutin. Puis, il y a la caractéristique de l’affrontement jusqu’au dernier souffle. C’est-à-dire que le gagnant n’est pas connu avant le scrutin. C’est ce qu’on appelle dans la science politique, l’incertitude politique. Le suspense demeure jusqu’à la dernière minute« , notant que le sondage n’est pas une revendication phare dans ses élections se posant la question de « pourquoi se précipiter pour connaître les résultats, quel est l’intérêt du vote dans ce cas ? ».

Pour conclure, Mohamed Bouden soulève que « dans le cas du Maroc, le citoyen, dans certains cas, n’a pas d’orientation idéologique définit. L’électeur marocain est certes pragmatique et intelligent, mais il reste hésitant et ne se décide qu’à la dernière minute et non avant le vote ».

Elections 2021: Pourquoi n’y a-t-il pas de sondage avant le scrutin ? Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page