Le Coronavirus a fait reculer la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme

La pandémie du coronavirus a eu un impact « dévastateur » sur la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme en 2020, selon un rapport publié mercredi par le Fonds mondial.

« Pour la première fois dans l’histoire du Fonds mondial, les principaux résultats programmatiques ont reculé », a déclaré Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial.

Par rapport à 2019, le nombre de personnes atteintes par la prévention et le traitement du VIH a chuté de 11 % l’année dernière, tandis que le dépistage du VIH a chuté de 22 %, empêchant de nouveaux traitements dans la plupart des pays.

Le nombre de personnes traitées pour une tuberculose pharmacorésistante dans les pays où le Fonds mondial investit a chuté de « un stupéfiant » 19 %, tandis que ceux qui suivent un traitement pour une tuberculose ultrarésistante enregistrent une baisse encore plus importante de 37 %, a-t-il déclaré.

Le fonds a calculé qu’environ 4,7 millions de personnes ont été traitées pour la tuberculose en 2020, soit environ un million de moins qu’en 2019.

Les interventions pour lutter contre le paludisme « semblent avoir été moins durement touchées par le Covid-19 que les deux autres maladies », selon le rapport.

Le nombre de moustiquaires distribuées a augmenté de 17 %, les structures couvertes par la pulvérisation intradomiciliaire à effet rémanent ont augmenté de 3 %. En 2020, 11,5 millions de femmes enceintes ont reçu un traitement préventif. Cependant, les cas suspects de paludisme testés ont diminué de 4,3% et les progrès contre la maladie ont stagné.

La réponse rapide et déterminée du partenariat du Fonds mondial au coronavirus a empêché un résultat encore pire. En 2020, le Fonds mondial a déboursé 4,2 milliards de dollars pour poursuivre la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et renforcer les systèmes de santé et a approuvé un financement supplémentaire de 980 millions de dollars pour répondre à la lutte contre le coronavirus.

En août 2021, le Fonds mondial a approuvé un total de 3,3 milliards de dollars américains à plus de 100 pays pour adapter les programmes vitaux de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, fournir des tests, des traitements et des fournitures médicales essentiels, protéger les agents de santé de première ligne et renforcer d’urgence les systèmes pour la santé.

Ces investissements, associés à une action rapide et au financement des donateurs, des gouvernements, des communautés et des partenaires de la santé, ont permis d’atténuer l’impact du coronavirus sur le VIH, la tuberculose et le paludisme et de réaliser les progrès réalisés dans la lutte contre les trois maladies.

Le Coronavirus a fait reculer la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page