Sánchez : L’opportunité est mûre pour reconstruire les relations avec le Maroc

Le Chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez a déclaré dans une interview au journal «El Pais» que « l’opportunité est aujourd’hui mûre pour reconstruire les relations avec Rabat».

Interrogé sur ce qu’il pense de l’opération de renvoi des mineurs marocains non accompagnés, qui sont entrés les 18 et 19 mai dernier au préside occupé de Sebta, le Chef du gouvernent espagnol  a assuré cet incident fait partie du passé, soulignant que « l’opportunité est extraordinaire aujourd’hui pour reconstruire les relations avec Rabat ».

« L’intégrité territoriale de notre pays a été remise en question. Heureusement, c’est du passé. Nous avons une opportunité extraordinaire de redéfinir notre relation avec le Maroc, qui est un partenaire stratégique », a estimé Sánchez, dimanche dans un entretien avec El Pais.

« C’est donc un problème que nous devons résoudre, avec le maximum de garanties à l’égard des mineurs qui sont entrés, mais aussi en étant conscients que nous avons un équilibre de coexistence à Ceuta toujours délicat, qui a été rompu par l’entrée massive de Marocains », a dit Pedro Sanchez, faisant allusion au coût de l’accueil des mineurs dans la ville de 19 kilomètres carrés.

« Je ne peux que remercier Ceuta, son Gouvernement et aussi le Maroc car dans cette nouvelle étape que nous avons ouverte nous pensons pouvoir apporter une solution avec leur collaboration maximale », a-t-il soutenu à la coopération des autorités marocaines qui ont aménagé un Centre à Martil pour accueillir les mineurs rapatriés.

Selon El Pais, l’accueil des mineurs coûte à lui seul à la ville entre 1,5 et 1,8 million d’euros par mois. Sebta devrait recevoir une injection de quelque 6,3 millions pour l’aménagement d’un nouveau centre pour mineurs -dans une ancienne prison-. Un centre qui ne sera pas prêt dans moins d’un an et dont les travaux ne sont pas encore entrés en phase d’appel d’offres.

Dans ce cadre, il y a lieu de rappeler que le ministère de l’Éducation espagnole a commencé le recrutement de près d’une cinquantaine d’enseignants pour l’éducation de plus de 1000 mineurs marocains de ceux entrés irrégulièrement au préside occupé de Sebta en mai dernier.

Après l’échec de l’opération de renvoi ou de rapatriement des mineurs non accompagnés, coordonnée avec les autorités marocaines, à la suite d’une décision de justice, le gouvernement local du préside occupé de Sebta s’est trouvé contraint d’assurer l’éducation des mineurs marocains. Une tâche lourde, paraît-il. Jusqu’à présent, les mineurs ils sont répartis dans un centre et deux structures temporaires, ainsi que diverses structures pour l’accueil des filles et des garçons à profil plus vulnérable.

Pour rappel, les relations entre Rabat et Madrid ont traversé une période de crise ouverte, après que l’Espagne ait choisi d’accueillir dans une structure hospitalière, le chef des milices séparatistes du Polisario, Brahim Ghali, poursuivi notamment pour meurtre, torture, viol et violations graves des droits humains.

Le Maroc avait alors dénoncé le fait que Madrid ait fait entrer, sans en informer le Maroc, le dénommé Brahim Ghali esous une fausse identité algérienne (Mohamed Benbatouch) et avec des papiers falsifiés pour échapper à la justice espagnole. Cet acte délibéré, avait estimé le Maroc, porte un coup dur aux relations de bon voisinage et d’amitié et à l’esprit de partenariat « stratégique » censé lier les deux pays.

Sánchez : L’opportunité est mûre pour reconstruire les relations avec le Maroc Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page