Mordicus, Vox persiste et déclare l’imam non grata à Sebta

Insolite ! Vox, le parti espagnol d’ »extrême droite “ qui a toujours adopté des discours xénophobes et haineux à l’encontre du « Moro » pour manipuler la réalité du terrain et plus particulièrement dans la région de Sebta a décidé par son groupe parlementaire “Vox-Ceuta“ ou  Sebta interposé, de porter à l’Assemblée plénière, une proposition visant à empêcher les imams « au service du Maroc » d’exercer leur activité dans l’enclave.

Lors de sa dernière visite à Sebta et avant d’en avoir été déclaré persona non grata, le président de Vox, Santiago Abascal avait averti,  « l’existence d’hommes politiques et certains citoyens de Sebta qui « servent les intérêts du Royaume du Maroc, tant par action que par omission », une allusion directe à l’encontre des Imams sebtis -qui au demeurant lui avait valu le statut d’indésirable dans le préside occupé-.

On peut y voir là, la raison principale pour laquelle la formation extrémiste tient à amender la décision de l’Assemblée de Ceuta de déclarer Abascal « persona non grata » sur une initiative du Mouvement pour la dignité et la citoyenneté MDyC de Fatima Hamed qui avait suscité le soutien du PSOE et de Caballas pour une large majorité (deux voix s’étaient abstenus Vox et PP). C’est là que le bât blesse fatalement, et on peut donc tout à fait compatir à Vox d’en enrager autant et de se battre avec l’énergie du désespoir.

Bref, cela intervenait après des déclarations débiles qu’Abascal avait faites lors de ses deux dernières visites effectuées en moins de sept jours lors de la crise frontalière, pour cracher son venin. Aussi, peut-on voir la proposition du parti de l’extrême-droite lors de la prochaine session plénière, à savoir, que les imams – traités au passage d’“islamistes“- au service du Gouvernement du Maroc, ou de pays tiers, n’exercent plus leur activité à Sebta comme une tentative désespérée de se refaire une santé perdue.

Vox, en effet dans l’histoire, ne cherche qu’à redorer le blason bien terni de son leader qui pour ses discours xénophobes a été tenu à l’écart par les élus de la ville dont la population d’origine espagnole et marocaine comporte plus de 45% de musulmans. C’est dire, si cette foire à voix, est une cible parfaite, que les formations du préside occupé se disputent volontiers.

Le parti d’extrême droite espagnole, dans sa tentative maladroite de se défendre, déplore que l’un des éléments « qui marocanise Sebta » est le fait que la quasi-totalité des imams qui exercent leur activité dans les mosquées du préside » soient dirigés et embauchés par le ministère des Affaires religieuses du Maroc« . Vox soutient que ce fait, implique « un risque » qui donne lieu à la « propagation de messages et d’idéologies promus par le Royaume  » stratégiquement dans notre ville avec l’intention « d’avancer vers sa revendication infondée continue » de la souveraineté de Sebta.

Des déclarations graves et hors de sens et inscrites dans le faux. La politique du Royaume du Maroc en ce sens, est on ne peut plus claire. Notre pays a toujours soutenu dans le cadre de la diffusion d’un islam modéré et donc de la promotion de la lutte contre l’extrémisme pour justement éviter, toute intrusion de discours anormaux et radicaux ne correspondant ni à la réalité du terrain ni au vécu de ses citoyens et ceux du monde.

Maintenant prôner l’empêchement des imams au “service du Maroc“, ou de pays tiers, de continuer à exercer leur activité dans les mosquées de Sebta, relève justement de l’extrémisme, de la haine et de la xénophobie dont se sert justement Vox pour se frayer un chemin politique qu’il n’a, au demeurant, plus, ni à Sebta et ni à Melilla, ni ailleurs en Espagne du reste, au regard de certains signes qui ne dupent plus personne. Vox n’a plus du populi que le désespoir car à trop vouloir au nom justement de la vox populi, enrichir son fonds de commerce animé par la haine et le non respect de son prochain a fini par perdre, pignon sur rue. Maintenant déclarer l’Imam non grata n’est qu’un retour de bâton.

Mordicus, Vox persiste et déclare l’imam non grata à Sebta Hespress Français.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page